Encore une belle leçon de démocratie…

Après la consultation (sic) sur la semaine de 4 jours à l’école, la ville de Pantin nous offre, par le biais de sa voix officielle « Canal », un nouvel exemple intéressant de démocratie.

Dans l’article consacré à sa volonté de voir s’installer le fameux T Zen (dont on n’a pu voir les effets sur la N 1, positifs et négatifs, à chacun de se faire son propre jugement sur le rapport avantage/transports en commun vs inconvénients/circulation), au lieu de répondre à ceux qui s’inquiètent de voir la N3 définitivement bloquée par le passage à 2 fois une voie, l’article nous explique simplement que « l’utilité du projet n’est […] pas à démontrer. »

C’est plus simple et ça fait gagner du temps.

L’expérience de l’arrivée du tramway nuance pourtant le propos car les riverains se rappellent que les travaux ont paralysé le quartier de la Porte de Pantin deux ans avant que les bénéfices éventuels ne soient sensibles, et pour cause, et constatent quotidiennement le dérèglement de la circulation dû à la priorité aux feux qui bloque le carrefour à chaque passage de rame. Sans compter les nuisances sonores puisque les rames commencent à grincer très loin dans l’avenue à chaque passage au virage le long du stade.

Certes, cette nuisance ne devrait pas se produire avec le T Zen et sa nouvelle technologie mais les banlieusards dont les exigences de déplacement ne sont pas remplies par un développement de réseau toujours en retard de 20 ans viendront toujours s’agglutiner sur une N3 où nul n’empêche les livreurs de rester en double file tout au long de la journée.

Bref, si les élus sont là pour prendre des décisions et si ces dernières si elles ne peuvent plaire à tout le monde doivent souvent être une cote mal taillée entre de multiples nécessités, l’article en question est tout de même très mal venu de couper ainsi court à toute forme de discussion sur le bien fondé du retour d’un transport en commun de surface en site propre, alors qu’il y a juste en dessous depuis Bobigny la ligne 5 du métro dont on pourrait tout aussi bien et à moindre frais augmenter la fréquence.

En clair, l’auteur de ces lignes ne prétend nullement résoudre à lui seul les problèmes combinés circulation/stationnement/pollution/santé publique de la N3 mais trouve surprenant que des personnes qui cherchent à se faire assimiler à des journalistes se fassent à ce point le porte-voix des élus qui les dirigent.

 

Laisser un commentaire